Quelle pompe pour mon arrosage automatique ?

S’il est un pôle de dépenses auquel vous devez faire face en matière d’arrosage, c’est la consommation en eau. Elle revient vite très chère lorsque vous décidez d’utiliser votre réseau d’eau courante pour arroser vos plantes.

C’est pour cette raison que beaucoup préfèrent recourir un forage. Pour l’exploiter, il faut très souvent utiliser une pompe. Il en existe plusieurs, chacune étant définie par des caractéristiques propres. Ainsi, pour savoir choisi la bonne, il faut maîtriser ses caractéristiques.

Les pompes pour arrosage automatique

La pompe de surface

La pompe de surface, comme son nom l’indique, reste à la surface. Elle reste donc visible et peut, par là même, se montrer assez encombrante. Le dispositif est conçu pour pomper de l’eau d’un point A à un point B via des tuyaux pour lesquels elle sert de point de jonction.

Cette caractéristique est due au fait que c’est une installation destinée à l’aspiration d’eau claire. Ainsi, elle peut aspirer de l’eau d’un puits, d’une rivière ou d’un étang pour alimenter l’arrosage automatique. Il est aussi possible d’opter pour un modèle récupérateur d’eau de pluie si vous ne disposez pas d’un puits ou s’il n’existe pas de point d’eau près de chez vous.

La pompe jet peut aspirer jusqu’à 8 mètres de profondeur. Tout dépend en effet du dispositif pour lequel vous optez. Si vous êtes un petit exploitant, la pompe jet, encore appelée pompe de surface monocellulaire, devra vous convenir. Bien qu’elle aspire l’eau à moins de 8 mètres, c’est une installation polyvalente, car elle s’adapte à toutes les sources d’eau.

Lisez également : Tire-lait manuel ou électrique

Il existe des modèles de pompes de surface dites multicellulaires qu’on trouve en modèle horizontal et vertical, garantissant un encombrement bien plus réduit. Le principal atout de tels dispositifs est leurs hautes performances (haut débit, forte pression, excellente hauteur de charge et de refoulement, etc.). C’est ce qui en fait des pompes de surface pour l’arrosage d’exploitations un peu plus grandes que celles qui sont destinées à un usage domestique. En plus, ces pompes brillent par leur silence.

Si vous tenez une exploitation agricole ou industrielle, c’est une pompe de surface agricole ou industrielle qu’il vous faut.

La pompe immergée

Ce modèle de pompe s’oppose à la pompe de surface par son installation. En effet, elle est conçue pour rester dans l’eau qu’elle doit aspirer. Pour ce faire, elle est souvent dotée de flotteur qui lui permet de rester à la surface de l’eau et de ne pas couler.

Il est plus courant d’utiliser ce type de pompe dans un puits ou dans un forage. Une fois que l’eau est trop basse pour être pompée, la pompe arrête automatiquement l’aspiration. Vous lui trouverez encore plus d’intérêt si vous possédez un récupérateur d’eau de pluie qui vous permettra de rationaliser votre consommation d’eau.

En dehors de la différence du mode d’installation, la pompe immergée se distingue aussi par le mode d’approvisionnement de l’eau. Alors que la pompe de surface aspire l’eau via un tuyau à la surface, la pompe immergée la rejette plutôt à la surface. L’idéal serait donc que, quelle que soit la profondeur du puits, votre pompe soit capable de ramener l’eau à la surface en gardant un débit constant.

Par ailleurs, il est possible d’adapter votre pompe immergée à la qualité de l’eau à aspirer. Vous avez le choix entre les modèles pour eaux claires exclusivement et les modèles qui prennent en charge en plus les eaux chargées en matière (sable, boue, vase, etc.).

Pour choisir votre arrosage automatique cliquez ici.